Les projets autour

EXUTOIRE – Fête Foraine – Mireuil – 2019/2020 – avec le centre culturel et social du pertuis

/Fête foraine du réel amplifié/ jouer avec le réel/ culture du détournement/ ne pas négliger l’analogique/

Des fois, avec les copains ont trouve d’autre copains pour faire des fêtes foraine

Stage de Catch – dans différents endroits ça dépend…

Des fois, avec les copains, on trouve d’autre copains pour jouer à la bagarre, aux gentils, aux méchants, à la tragédie en slip.

Un documentaire d’Emilie Leveillée sur le stage au lycée Agricole de Fontaine (2019)

Un reportage sonore de « Cimer Albert Prod » au lycée agricole d’Ahun (2018)

éNorme – ateliers, création et tournée internationale en Limousin avec les élèves du Lycée Professionnel Martin Nadaud à Bellac – en résonance avec la création « Desiderata »- 2016

Des fois, avec les copains, ont trouve d’autres copains pour changer le monde avec nos âmes sensibles…

Dans un environnement où la « beauté »est omniprésente, comment se positionner par rapport à soi et par rapport à la norme imposée, un idéal esthétique perpétuellement en lutte avec notre propre physique, avec nous même. Chaque individu est culpabilisé à travers son physique toujours perfectible plutôt qu’acceptable. Un combat qui nie totalement le plaisir et pousse à la haine d’un corps comprenant des enjeux bien au delà de «simples» critères esthétiques. Cette haine du corps, entretenue et commercialisée est à l’origine de comportements plus ou moins violents et souvent dans le non respect desoi­même. La tentative est donc de réfléchir à ces comportements à travers son rapport à soi (à son corps) et au rapport au corps dans le monde qui nous entoure. Collectiviser ces questionnements pour ne pas rentrer dans la psychanalyse mais justement ouvrir pour aller vers l’analyse et s’offrir de nouvelles pistes d’actions et de réflexions autour de divers points comme la beauté, la construction de celle­ ci, la définition des critères féminins et masculins, le corps idéal et la haine qu’il véhicule à travers son injonction à la perfection, les enjeux sociaux qu’il dissimule etc…Questionnements d’autant plus prenant avec des individus dans des âges où le corps change, imposant des découvertes qui peuvent permettre de nouvelles ouvertures. Il s’agit donc d’ouvrir un espace pour en parler, d’utiliser son corps ­qui est la représentation de nous même par excellence ­ pour penser le monde et réciproquement de penser le monde pour pouvoir lutter contre la haine du corps. Chercher, explorer les différentes pistes pour envisager le respect de son corps, donc de soi, donc de l’autre.

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :